Atelier AFNIC: Le SEO Camp sollicité pour discuter des accents dans les .fr

[Edit] Voir le compte-rendu de l’atelier sur les accents dans les noms de domaines

afnic-logo-300

Le 10 février prochain l’AFNIC (organisme de gestion des domaines .fr) organise un atelier sur l’ouverture de l’extension .fr aux noms de domaine accentués (IDN = Internationalized domain name).

L’atelier se décompose en deux tables-rondes :

  • Les IDN : impacts des nouveaux caractères sur les  stratégies de nommage et de référencement
  • Les IDN : quelles  modalités d’ouverture ?

L’AFNIC a notamment invité plusieurs intervenants, dont l’association SEO Camp, à donner son avis sur cette ouverture et « leurs visions de ces nouvelles opportunités de nommage et de l’importance du choix des caractères accentués ».

Les questions de référencement seront abordés, et nous pouvons nous poser plusieurs questions :

  • quel est le succès actuels des noms de domaines accentués en .com ?
  • sont-ils aussi bien considérés par les moteurs de recherche ?
  • seront-ils une opportunité réelle pour les éditeurs de site ?
  • que peut-on penser des sites tel que http://ikéa.com ?

Votre avis nous intéresse, réagissez dans les commentaires, ils seront synthétisés et serviront de base pour cette discussion.

.

> Participez sur invitation ou en ligne sur Facebook  : atelier-idn.fr

22 réactions sur “Atelier AFNIC: Le SEO Camp sollicité pour discuter des accents dans les .fr”

  • David Cohen @SEOEuro

    J’aurais bien aimé être contre,
    mais la question ne se pose plus d’après l’exemple Ikéa.com.

    Il faudrait pouvoir protéger la marque sans passer constamment à la caisse de toutes les variantes dont maintenant les accents.
    Ok les chinois vont faire leur internet avec leurs caracteres (peut-etre) mais le principal lobby pour les accents est clairement du coté des registrars.
    On crée de la marchandise artificielle à chaque fois.

    Et je travaille avec une marque qui a un accent.
    David C

  • Jérôme

    Bonjour,

    Avez-vous une bonne raison de soutenir les IDN sur le .fr ? Les IDN sont un énorme progrès pour les caractères non latin (en plus d’êtres techniquement passionnants). Mais pour notre alphabet ? Je ne vois que phishing (qui n’a pas attendu les IDN pour exister certes) mais surtout typosquatting, tromperie et évaluation. Parce que pour protéger sa marque ou son nom, il faudra maintenant mettre la main au portefeuille pour vite enregistrer un .fr avec accents, comme beaucoup ont du le faire dès que les IDN ont été disponibles sur d’autres tld, et plus globalement comme beaucoup l’ont fait jusqu’ici avec tous les cctld disponibles. Dans 99% des cas, nous redirigeons nos domaines vers notre .com ou notre .fr …

    Je n’ai aucun doute que l’AFNIC saura protéger au mieux les ayant droit; peut-on en dire autant des autres registres (qui a par exemple encore et franchement confiance en l’Eurid qui ferme les yeux sur des sociétés russes ou chypriotes qui ont squatté des milliers de ndd et bafoué la propriété intellectuelle ?) ?

    A qui profitent finalement les IDN ? Aux registres, aux registrars (ils n’en sont pas responsables mais ne cracheront pas dans la soupe), aux domainers, aux personnes peu scrupuleuses, mais certainement pas aux propriétaires de marques et encore moins à l’internaute lambda qui en est encore à taper un ndd dans la barre google et ignore tant de toutes ces subtilités techniques, considérations sécuritaires et bien sûr du domaining.

    Ce commentaire vaut également pour la multiplication de gtlds à venir…

  • Jean-Baptiste Savoja

    Est-ce que les redirections permanentes d’un domaine à un autre sont efficaces dans le cas des backlinks ? Imaginons que j’ai 5000 backlinks qui pointent sur le domaine e.fr qui est redirigé (301) vers é.fr … Est-ce que les 5000 liens externes de e.fr sont correctement pris en compte par les moteurs de recherche pour le domaine vers laquelle la redirection est faite ?

  • Rémy

    C’est une erreur de croire que les IDN profitent aux « domaineurs ». Il suffit de suivre régulièrement les listes de noms de domaine francophones accentués échangés sur le second marché pour s’en convaincre. On doit tourner à une transaction par trimestre sur ce profil d’adresses, et je ne parle pas des prix de vente moyens, qui doivent plafonner à quelques centaines d’euros à tout casser. Tout au plus faudrait-il dire que les IDN français profitent tous les 36 du mois à un investisseur chanceux sur ce coup-là, mais à qui il a certainement fallu des années d’immobilisation d’actifs dormants voire toxiques (coûts de renouvellement) pour prendre au final une poignée d’euros.

    Même sur le marché « inter-domaineurs », les IDN en français sont une marchandise relativement difficile à placer, car les spécialistes qui croient en leur avenir au point de ne pas se limiter à des acquisitions réalisées sur le premier marché se comptent sur les doigts de la main.

    Maintenant, on pourrait penser que l’avènement des IDN en .fr va changer la donne et conférer une popularité nouvelle aux IDN en général. Je pense que c’est l’inverse qui risque fort de se produire : leur valeur s’en trouvera d’autant plus diluée que les alternatives deviendront grandes.

  • Thomas S

    Internet est un espace de liberté, libérons les IDN en .fr
    De plus les accents sont une composante de la langue française.
    Quoi de plus logique d’avoir des noms de domaine accentués ?

    Enfin en terme de SEO, Google n’a pas de problème particulier avec les IDN, ils sont crawlés/indexéset rankent lorsqu’ils sont pertinents.

  • Jerome

    Stéphane et Rémy : alors tant mieux si les statistiques le prouvent, c’est déjà rassurant.
    Quelle est alors la valeur ajoutée pour un IDN francophone ? J’insiste bien dessus, car je mesure bien sûr pleinement l’importance pour d’autres langues. De toute façon, il faudra bien acheter le .fr et autres gtlds sans accents…

    Thomas: internet espace de liberté… Un peu demago non ? Et Google se débrouillait très bien aussi sans accent jusqu’ici, je ne vois pas trop ce que cela va changer.

  • Stéphane Bortzmeyer

    Jérôme (et non pas Jerome) : à mon avis, la principale motivation pour les IDN, c’est tout simplement de permettre d’écrire le français correctement. Si mon entreprise de BTP se nomme « Maçonnerie générale », je veux le nom de domaine maçonnerie-générale.fr, c’est tout.

    Une autre solution serait de réformer la langue française. Je ne dis pas que ce serait une mauvaise idée, mais ce n’est pas du ressort de l’AFNIC. Tant que le français s’écrit avec des caractères composés, il est normal que les IDN soient acceptés dans .FR.

  • alexandre @seocamp

    Bonjour,

    Merci de vos réactions, mais s’il l’on se dit que les accents, c’est la logique des choses, que ce n’est pas un « nid à hameçonnage », que peut-on dire du typosquatting tel que ikéa.fr ? et si notre marque c’est maçonnerie-générale.fr combien de noms de domaines devons nous alors réserver pour se protéger ? maconnerie-generale.fr + maçonnerie-générale.fr + maconnerie-générale.fr + maconneriegenerale.fr… (+ les .com équivalents).

    Par ailleurs, pourquoi devront nous seulement accepter les accents (ou autres « ç »)? Pourquoi Yandex ne pourrait pas avoir une version de son moteur à destination des russophones en France, telle que Яндекс.fr ?

  • ph0b

    L’exemple de Maconnerie / Maçonnerie est très bon, les IDNs sont effectivement requis si on veut pouvoir écrire le français correctement ; en ce sens, je suis totalement pour.

    Par contre, le fait de devoir repayer les différentes variantes d’un domaine pour se protéger du typo squatting est dommage.

    économie.fr et economie.fr ne peuvent faire référence qu’à un même nom, il y a forcément squatting s’ils appartiennent à des entités différentes.

    Pour moi, les variantes IDN devraient être réservés aux propriétaires des domaines correspondants. Seuls eux pourraient l’acheter, et à un tarif symbolique.

  • MagicYoyo

    Bonjour;
    Je suis complètement de l’avis de ph0b.
    On ne peut créer que de la confusion pour l’internaute en attribuant ce qui ne sera qu’une variante accentuée d’un mot à 2 titulaires différents.
    économie.fr et economie.fr devraient renvoyer sur le même site… et non vers des sites concurrents. Si ce n’est pas le cas, les litiges pour parasitisme et détournement de clientèle vont exploser les tribunaux.

    En revanche, du coté des gains de cette ouverture… je ne vois que des cas marginaux. Mettre tout le monde en difficulté pour donner un peu de superflu à quelques-uns, je ne suis pas sur du calcul.

  • baxxx

    Même avis que PhOb, étant déjà particulièrement concernée par le typosquatting sur le nom des marques sur lesquels je travaille, à part augmenter ce phénomène, je ne pense même pas qu’aujourd’hui nous changerions les ndd par ceux correctement orthographiés. Il y aurait trop d’impacts pour mettre à jour tous les dispositifs de com papier et aussi en seo.

  • Pierre Mobian

    @ David Cohen @SEOEuro
    « Il faudrait pouvoir protéger la marque sans passer constamment à la caisse de toutes les variantes dont maintenant les accents. »

    Elément majeur effectivement pour la plupart des sociétés. Les jours derniers j’ai fait une vérification pour un client qui vend du Gaz et porte le nom d’un canal : près de 900 noms de domaines, déclinaison des extensions, avec et sans tirets, noms d’événements sponsorisés contenant leur marque, etc !
    Ajouter d’autres centaines de noms ne sera pas un souci pour eux, mais est ingérable pour la plupart des autres PME et profesionnels…On devrait revenir à une certaine prépondérance de la marque légalement déposée surtout dans l’espace francophone de l’Afnic où on a des chances d’éviter certains excès – il y en a déjà assez eu avec des bienfaiteurs de l’humanité comme EuroDNS, alors si les .FR s’ouvrent à toute l’Europe…

    @ph0b
    « Pour moi, les variantes IDN devraient être réservés aux propriétaires des domaines correspondants. Seuls eux pourraient l’acheter, et à un tarif symbolique. »

    En revanche cela pose différents soucis sérieux : quelle extension ferait référence pour déterminer le « domaine correspondant » et le titulaire légitime : le .fr directement soumis à la législation française j’imagine ? Pourquoi pas le .com ? Le plus ancien des deux ? Quid des noms avec tirets – il y a évidemment déjà des propriétaires différents pour des noms en .FR avec et sans. Pour un terme générique personne ne pourrait donc avoir un domaine court et efficace accentué sous prétexte que le même nom est en vente par une boite aux Bahamas depuis 1998, ou presque aussi caricatural pour le .FR ?
    Ca me rappelle notre gestion des domaines en .com.fr il y a quelques années…

    « économie.fr et economie.fr ne peuvent faire référence qu’à un même nom, il y a forcément squatting s’ils appartiennent à des entités différentes. »

    En théorie oui, mais même souci : désormais pas mal de .FR sont squattés, conséquences de l’ouverture à tous et de la baisse des prix : enregistrement anonyme par des particuliers, parqués sur un site de vente pour espérer devenir millionnaire…
    Le sujet amène rapidement des questions de sécurité aussi : je suis toujours soucieux de la perception du « grand public » : le billet de S. Bortzmeyer souligne qu’il n’y a pas corrélation directe entre attaques par phishing et apparence du domaine, mais pouvoir contrôler quelle entité peut enregistrer tel domaine en .fr permettrait de baliser un peu ce genre de soucis d’usurpation.

    Pas de réponse définitive, juste des pistes, de la liberté totale avec les excès possibles à la gestion très contraignante et intégrée qui schléroserait tout, pas facile de trouver un équilibre. En tous cas un sujet très important pour le fonctionnement futur d’Internet.
    Ouf, ni mon nom ni celui de mon agence Web n’ont d’accents, on a eu assez de soucis à gérer les squatteurs de déclinaisons de nos noms de domaine avec les tirets 🙂

  • ph0b

    @Pierre :
    Je ne parle que pour le .fr : Il y a déjà assez de problèmes entre les différentes extensions – l’afnic ne peut pas y faire grand chose et ce n’est pas du tout à elle d’offrir d’offrir des .fr aux propriétaires de .com, sinon quel serait le but d’une extension ?
    Je pense juste qu’il serait possible de ne pas rajouter d’autres problèmes de squatting au sein de l’extension elle même.

    Le tiret que vous donnez en exemple ne pose pas de problème quant à l’application de ma proposition : le propriétaire de economie-marche.fr aurait les droits sur économie-marché.fr (et même èconomïe-marchê.fr ;))
    et celui de economiemarche.fr les aurait sur économiemarché.fr. Si les deux font du squatting, c’est un problème qui n’a pas de rapport avec les IDN.

    Par ailleurs, comme le dit baxxx, je ne pense pas que beaucoup de personnes prendraient le risque de migrer de leurs domaines actuels vers les IDNs correspondant, au moins en terme de SEO.

  • Jérôme

    ph0b: c’est une belle idée que de réserver les noms, à prix réduit ou pas. Mais c’est un casse-tête administratif alors que l’AFNIC s’est débarrassé de tant de contraintes ces dernières années, et un cauchemard pour les registrars.

  • Philippe

    La solution proposée par phOb est bonne dans la mesure où il n’est pas envisageable de multiplier les risques de confusions « avec accents » ou « sans accent » comme on les connait déjà entre les « avec le tiret du 6 » et le « tout attaché »… En revanche, il faut que l’enregistrement de la version IDN réservée au détenteur du NDD « sans accent » reste optionnel, pour ne pas entrainer de coûts inutiles. Si je détiens maconnerie.fr, je ne veux pas être obligé de réserver en plus maçonnerie.fr, même si c’est plus juste.
    Par ailleurs, l’usage des accents risquent de multiplier les erreurs de saisie, ce qui me poussera toujours à préférer une version la plus basique possible

  • Carole

    L’ouverture des IDNs sous l’extension .EU est une étape importante pour renforcer l’identité européenne . 27 états membres, 23 langues officielles. N’attendez pas une minute pour protéger et réserver votre marque européenne !

  • alexandre @seocamp

    Bonjour,

    Difficile d’avoir un retour d’expérience en SEO sur un noms de domaines avec accents, comme http://cœur.com de nombreux domaines de ce type sont des sites spammy 🙂

    L’AFNIC a en tête en particulier l’ouverture des voyelles (accent aigu, l’accent grave, l’accent circonflexe, le tréma) et le ç (cédille).

    Mais ne devons-nous pas nous intéresser aussi aux autres langues (européenne, régionale…). Les IDN en .eu sont très variés http://www.eurid.eu/fr/noms-de-domaine-eu/les-idns-pour-le-eu/caracteres-autorises

    Qu’en pensez-vous ?

  • Christophe

    Cette question des domaines avec ou sans accents aurait eu une place légitime au début du développement du web. A l’heure actuelle, les internautes sont habitués aux domaines sans accents alors pourquoi vouloir compliquer les choses ?

    Et si on veut pouvoir écrire les domaines dans un bon français, la solution ne serait-elle pas de diriger automatiquement les domaines accentués vers leur équivalent sans accents comme c’est déjà le cas avec les lettres en majuscules.

    L’internaute qui tape maçonnerie-générale.fr serait dirigé automatiquement vers maconnerie-generale.fr de la même manière que s’il tape MACONNERIE-GENERALE.fr à l’heure actuelle.

    Mais bon avec cette solution on passe à côté de la manne financière des domaines avec accents pour les registrars…

  • Webconsulting

    -> Côté utilisateur, une ouverture, davantage de choix, de la précision, mais quelques inconvénients cités par mes confrères.

    -> Côté référenceur, pas vraiment de grands bouleversements.

    -> Côté Google, c’est l’expérience utilisateur qui est favorisée. Google aime la pertinence. 😉

  • Dan

    Je vois ça pour l’instant comme un inconvénient pour les sociétés qui vont vouloir communiquer sur ces noms de domaines. Va bien falloir expliquer aux clients, prospects que « Nous c’est avec l’accent et pas sans » sinon vous allez chez notre concurrent…. Ça va pas être simple au début. D’où l’intérêt de déposer avec et sans accent pour être sur que les clients atterrissent sur le bon site.
    Question référencement :
    – une bonne redirection 301 règlera le problème pour rediriger sur le nom avec ou sans….
    – reste le pb des liens spontanés, là il risque d’y avoir des erreurs qui vont faire des heureux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *