Comptes-rendus de l'atelier participatif SEO

Au cour du SEO Campus 2011, un atelier participatif SEO (brainstorming, sans intervenants) ont permis à une cinquantaine de participants d’approfondir et de débattre sur différents sujets SEO.

Voici au format slides ou textuel, les comptes-rendus par les animateurs des ateliers.

Ateliers : SEO et Réseaux Sociaux // SEO pour les PME

Animateur : Renaud Joly

Atelier : Duplicate Content on et off site

Animateur : Nicolas Gallet

Atelier : Trouver des liens entrants

Animateur : Nicolas Gallet

Atelier : Doit-on respecter les guidelines Google ?

Animateur : Sébastien Billard

L’atelier a donné lieu a des échanges animés. Une des premières questions aborde a été celle du respect des guidelines. Les partisans du « pour » ont argué de l’approche qualitative et long-termiste de l’approche white-hat. Les partisans du « contre » estiment quant à eux que Google lui même n’est pas forcément éthique, que les méthode black-hat permettent d’apprendre, et que le white-hat ne suffit pas à se positionner dans certains cas.

Se sont ensuivis divers débats. Le linkbuilding est-il de facto du spam ? Oui pour certains, car destinés à gagner du PageRank. Non pour d’autres, qui font remarquer que Google vise surtout les liens artificiels et les échanges excessifs. Le SEO en lui-même est-il du spam ? Oui pour certains, car le référencement influe sur les résultats du moteur. Non pour d’autres, qui font une distinction entre influence positive et négative.

Un autre débat a été quid de la technique ou de l’intention caractérise le spam. Là dessus, les avis se sont révélés moins tranchés. Un constat a également été fait, qui est que les techniques black-hat aujourd’hui concernent essentiellement la création de liens entrants.

Atelier : Rédaction web et SEO

Animateur : Sébastien Billard

Cet atelier a été l’occasion de discuter sur les bonnes pratiques de l’écriture web orientée SEO, et d’échanger sur les difficultés parfois rencontrées.

Nous sommes d’abord revenus sur l’importance de structurer ses contenus tant au niveau macro que micro. La question du champ lexical a été abordée, et un constat est qu’il est facile d’arriver à un nombre d’occurrences satisfaisant pour le SEO. Aussi, plutôt que de trop charger un texte au risque d’affecter sa lisibilité, mieux vaut élargir le champ des expressions utilisées, en jouant sur les synonymes, variations et termes associés.

Autre bonne pratique de l’écriture web : les liens au seins du contenu. Ces liens doivent être mis en œuvre car porteurs de pertinence. Le sujet de la recherche des mots-clés a également été évoqué. Les outils de suggestion des moteurs sont bien évidemment utiles, mais ne pas négliger non plus l’étude du comportement des utilisateurs dans les communautés en ligne par exemple.

Enfin un point qui n’a pas trouvé de réponse satisfaisante est la question des fautes d’orthographe. Dans la plupart des cas il n’est pas possible d’optimiser spécifiquement (et proprement) pour des fautes. Or un grand nombre de requêtes dans les moteurs sont mal orthographiées.

Atelier : Référencement des sites multilingues

Animateur : David Durand Pichard

La difficulté pour un site qui se veut multilingues et de trouver les bons partenaires pour assurer un contenu cohérent dans chaque pays.
La traduction ne doit pas se faire mot à mot au risque d’avoir des contenus incohérent avec le message original.
Le problème d’un contenu identique dans plusieurs pays (exemple , le français : Fr, Be,Ch,Ca ou l’allemand avec De, Ch, At …) peut se poser. Pour éviter d’avoir des contenus identiques, on peut faire réécrire par des personnes différentes le contenu source.

Pilotage
La difficulté quand on a un site dans plusieurs langues et où la gestion est décentralisée, est de pouvoir s’appuyer sur un outil de pilotage commun.

Idéalement, une personne par langue/pays permet d’avoir un œil attentif sur chacun des contenus et de déceler des problèmes de traduction.

Le fait d’avoir une personne native permet d’éviter des erreurs dans les communications. Cette personne permettra de trouver les termes utilisés effectivement dans le pays ciblé.

Si le site possède un catalogue de produit, une interface unifiée (metas, url, titre, contenu, images, arborescence) commune permet de vérifier rapidement les traductions manquantes.
Cela permet également de mieux gérer les erreurs de mélanges de langue dans les pages

Le suivi des résultats (positions, trafic, liens sponsorisés, kpi) doit également être adapté avec la gestion des différentes langues (attention à la gestion des caractères spéciaux).

Géolocalisation

Quand on cible plusieurs pays, il y a plusieurs façons de le gérer :

L’avantage d’utiliser les noms de domaine par pays et la faculté de communiquer «local « et d’être plus proche des internautes du pays ciblé. La confiance sera également  un facteur à prendre en compte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *